New Mauritius Hotels : L'ICAC met la dernière touche

Plus de deux mois se sont écoulés depuis la convocation de quelques personnes par l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) dans le sillage de l’enquête sur les transactions boursières autour de New Mauritius Hotels, qui se sont déroulées entre le 16 et le 17 février 2016. Selon nos recoupements, la Commission anti-corruption serait en train de peaufiner sa stratégie avant l’audition des acteurs clés

H.L.-B

Non, l’enquête n’est pas au point mort. C’est ce que nous laisse comprendre une source au sein de l’Independent Commission Against Corruption (ICAC). Au contraire, fait-elle valoir, l’organisation serait en train d’y mettre la dernière touche, car il y aurait matière à enquête.

En effet, cela fait deux mois déjà depuis qu’une poignée de personnes ont été convoquées par l’ICAC pour avoir leur version des faits dans le cadre des transactions boursières qui ont eu lieu les 16 et 17 février 2016, et qui concernent l’achat des actions du groupe New Mauritius Hotels Ltd. Quelques semaines plus tard, la commission a décidé de se pencher sur le dossier afin de voir s’il y aurait un « reasonable ground » pour démarrer une enquête sous le volet « money laundering » ou « conflit d’intérêts ».

En août, quatre à cinq personnes auraient déjà été convoquées par l’ICAC à cet effet. Elles  auraient déjà donné leurs versions. Par contre, les « tops guns », notamment les principaux dirigeants d’ENL Land, Rogers et SWAN, n’ont pas encore été convoqués.

 

Informations supplémentaires recherchées

Cela risque de prendre encore quelque temps puisque l’ICAC rechercherait des informations supplémentaires sur ce dossier, et serait en train de peaufiner sa stratégie avant l’audition des acteurs clés, c’est-à-dire les « big boss » des groupes concernés par ces transactions boursières.

Pour rappel, ENL Land et SWAN auraient acheté, le 16 février, 20 millions et 7.6 millions d’actions respectivement, pour une valeur de Rs 591 millions et Rs 220 millions, à 13h29. Ainsi, les deux sociétés auraient fait l’acquisition des blocs d’actions de New Mauritius Hotels (NMH) mis en vente par Promotion & Development, Kingston Management, et Taylor Smith & Sons à la même heure. Quant à Rogers, elle aurait acheté 9,7 millions d’actions, pour Rs 237 millions, une minute plus tard, soit à 13h30. Cela s’apparenterait à un cas d’« acting in concert », selon certaines personnes, tandis que pour d’autres, les principaux protagonistes auraient dû faire une offre obligatoire à cette époque, car ils auraient dépassé le seuil de 30%.

Pour mettre au clair toute cette histoire, la Financial Services Commission (FSC) a nommé un enquêteur, en la personne de Kriti Taukoordass, pour mener une « Special Investigation » sur ces transactions boursières. Or, après la soumission de son rapport en mai dernier, New Mauritius Hotels, ENL Land, Rogers et SWAN ont tous logé une plainte contre Kriti Taukoordass réclamant des dommages avoisinant 1 milliard de roupies.

Pour plus d'info: Lecture en ligne Télécharger