my.t weather: Une application qui suscite l’engouement

C’est encore une innovation signée Mauritius Telecom. Le lancement de l’application mobile  my.t weather a été fait vendredi dernier et, en deux jours, il y aurait eu plus de 15 000 téléchargements. Cet engouement offre un bon prétexte pour passer en revue la situation au niveau des technologies informatiques à Maurice

Notifications, bulletins cycloniques, état de la mer, avis de fortes houles, avis de pluies torrentielles, taux de pluviométrie, données météo dans toute l’île, état des routes, police, hôpitaux, pompiers, numéros d’urgence par région… Mauritius Telecom a visé haut avec l’application my.t weather. Lancé par le Chief Executive Officer, Sherry Singh, vendredi dernier, il y aurait eu plus de 15 000 téléchargements en deux jours. Le lancement a été fait en présence du ministre des Technologies, Yogida Sawmynaden, et celui de la Sécurité sociale, Étienne Sinatambou.

Cette application a été développée en collaboration avec le National Disaster Risk Reduction and Management Centre, la station météo, la police et le ministère de l’Éducation.

À noter que my.t weather offre plusieurs fonctionnalités. Les utilisateurs sont immédiatement informés en cas d'émission de bulletins spéciaux tels les avis de pluies torrentielles, les communiqués officiels ou encore des informations sur les conditions routières. Les utilisateurs ont accès aux prévisions météorologiques et aux informations sur les conditions en mer. Les utilisateurs peuvent également suivre l'évolution d'un cyclone avec des informations sur sa trajectoire ainsi que les bulletins cycloniques, tout en ayant accès aux numéros et informations d'urgence. Cette application est disponible sur tous les réseaux mobiles à Maurice, et est téléchargeable gratuitement.

« Comme vous le savez, nous avons connu le cyclone Berguitta en janvier. Suite à cela, nous avons fait des analyses, et avons constaté que l’utilisation de l’Internet a augmenté de 41%. Ce qui veut dire que pendant la période cyclonique, les Mauriciens se tournent davantage vers l’Internet pour obtenir des informations. Lors d’une conversation avec le Premier ministre, et quand nous lui avons fourni ce chiffre, il a fait comprendre que les ministères et les agences publiques doivent pouvoir communiquer dans de telles circonstances. Les mesures de précaution à prendre, les notifications, les bulletins… Ils doivent être rapidement disponibles. Ainsi, le Premier ministre nous a demandé si on peut créer une application qui aidera à mieux communiquer avec le public. C’est là où l’équipe d’innovation de Mauritius Telecom a accompli un formidable travail dans un temps record. C’est une application bâtie par des Mauriciens, pour des Mauriciens. J’espère qu’ils seront nombreux à s’en servir », a déclaré le Chief Executive Officer, Sherry Singh, à l’occasion.

Survol du secteur des TIC

On parle d’applications, d’Internet, de mobiles, de téléchargements… Quelle est la situation au niveau des technologies et de l’information et de la communication à Maurice ?

Les dernières statistiques disponibles remontent à 2016. Alors qu’on pensait qu’avec l’avènement des ‘smartphones’, la téléphonie fixe, ou téléphonie résidentielle, allait connaître une baisse considérable, tel n’a pas été le cas. Le nombre de lignes téléphoniques fixes a augmenté de 2,5%, passant de 380 000 en 2015 à 389,500 en 2016. Quant au nombre d’abonnements au téléphone portable, il a connu une hausse de 2,9%, passant de 1,7 million à 1,8 million. De ce fait, la « mobidensité », c’est-à-dire le nombre de souscriptions cellulaires pour 100 habitants a progressé de 2,9%. Pendant la période de 2007 à 2016, la mobidensité a connu une croissance constante, tandis que la densité téléphonique (le nombre de lignes téléphoniques principales pour 100 habitants) est restée plus ou moins stable.

Par ailleurs, le nombre de souscriptions à l’Internet a enregistré une hausse de 29,7% entre 2015 et 2016 en raison des abonnements au ‘mobile Internet’, passant de 640 400 à 875 200. Soit une hausse de 36,7%.

En ce qui concerne l’utilisation du portable, selon les données, les appels se font principalement des mobiles. Sur 10 appels en 2016, huit ont été faits à partir d’un portable. Or, la durée des appels est plus courte en comparaison aux lignes fixes. En 2016, un appel d’un portable a duré en moyenne 1,3 minute contre 2,3 minutes d’un téléphone fixe. Le nombre d’appels effectués du portable entre 2015 et 2016 a grimpé à 1,473 million ; tandis que le volume a diminué de 7,9%.

Toujours en ce qui concerne les appels, le volume d’appels téléphoniques internationaux a chuté de 17,1%, de même que les appels entrants (moins 19,9%).

Pour ce qui est de l’accès aux TIC, les statistiques démontrent qu’en 2016 environ 87,3% de personnes âgées de cinq ans et plus ont utilisé un portable, contre 83% en 2014. Près de 53,7% de personnes dans la tranche d’âge de 12 ans et plus sont des utilisateurs réguliers d’Internet, contre 46,5% en 2014.

Aussi, 39,1% de personnes âgées de 12 ans et plus possèdent un smartphone, contre 18,6% en 2014. Le plus grand nombre de détenteurs de smartphones, soit 70,7%, sont âgés entre 20 et 29 ans, contre 38,4% en 2014.

Sur le plan de l’emploi, le nombre d’entreprises, employant dix personnes ou plus, opérant dans le secteur a chuté légèrement, passant de 134 (2015) à 129 (2016). Or, le nombre d’employés au sein de ces entreprises s’est accru de 2,6%. Il passe de 15 006 à 15 390.

 

Pour plus d'info: Lecture en ligne Télécharger