Conflit CEO - Board : When MIoD tastes the talk

Depuis deux semaines, le Mauritius Institute of Directors (MIoD) est projeté dans l’actualité, autre que dans des rubriques faisant mention des séances de formation qu’il organise. Plusieurs aspects ont été abordés dans divers articles de presse. Ce n’est que le mercredi 11 octobre que le MIoD a adressé un courriel à tous ses membres pour expliquer ce qui s’est réellement passé dans le cas du Chief Executive Officer (CEO), Juan Carlos Fernandez Zara. Si chaque article de presse fait mention de la « décision du board », il serait, sans doute, pertinent de s’interroger sur ce « board ». Qui en sont les directeurs ?

'Conflit entre le conseil d’administration et son CEO’. Cela aurait pu être un thème proposé par le MIoD pour un atelier quelque part à Ebène. Mais pour l’instant le workshop se joue à Ebène, mais entre eux. En effet, deux semaines après la parution des articles de presse faisant état du départ du CEO, Juan Carlos Fernandez Zara, le conseil d’administration du Mauritius Institute of Directors (MIoD) a adressé un courriel explicatif, le mercredi 11 octobre, à ses membres :

« Over the past two weeks a number of press articles have appeared reporting on the termination of employment of the ex-CEO of the MIoD, Juan Carlos Fernandez Zara (JCFZ), following a special board meeting held on 22 September 2017. The Members of the MIoD are the key stakeholders of the Institute. The Board wishes to provide clarity to its Members through this communication, and share the factual context in which the Board unanimously took the decision to part ways with the ex-CEO.

The context

For the last 12 months, in repeated instances both verbal and written, the Board reminded JCFZ of his failure to deliver on one of the key expectations of his job as CEO, namely the inability to provide a proper and detailed business plan, giving the Board very little visibility in terms of sustainability. This translated from a management perspective, into  a lack of budgeting, planning, preparation and follow-up in the overall administration of the MIoD, ongoing damaging of relationships with key collaborators including the local trainers and overseas consultants, coupled with a lack of follow up on the forums, committees, training programmes and director development programme.

As a result, after the close of the 6 months’ probation period provided for in his contract of employment, the Board, did not confirm the contract of JCFZ, because it was not satisfied with his performance. After discussions with him, the Board gave him an extension on probation of 3 months.

His contract was confirmed in February 2017, on the basis that he had made some efforts, and the Board acting in good faith believed that things might improve on delivery if he felt more settled in his role. Unfortunately, this proved not to be the case, his confrontational approach towards other collaborators and lack of delivery continued, causing ever greater concern to the Board. This led to the Chairperson at the time, Mr Tahen Kumar Servansingh, deciding to step down as he had had enough of trying to handle such a frustrating situation with little or no return for his efforts.  The Board with a new Chairperson, Mrs Heba Capdevila-Jangeerkhan, as from May 2017, continued to work closely with Juan Carlos Fernandez Zara, in yet again, trying to align his performance and behaviour with what is expected from a CEO, but to no avail.

The behaviours of JCFZ in his role as CEO were, far from being those expected from a CEO, and translated into a clear attempt to shape the MIoD into his image, where it is no longer the institute and its sustainability that matters; but rather where the focus and reliance is on one person. This is not good governance.

The institute must be run in such a manner that it goes beyond the individuals, be it Board members, CEOs or staff. The purpose of the institute is to respond to the needs of the Members, Founders, Patrons and Stakeholders at large. It is to build relationships and sustain principles, not damage them.

The Board had a responsibility to act on the continuity of employment of JCFZ, and this in the best interests of the MIoD and its Members. The Board has retained the services of Eversheds Sutherland as legal counsel and assures all Members, Founders, Patrons and Stakeholders that the Board has acted with due respect to all legal and governance practices.

 

The staff of the MIoD

The Board asked to meet the staff immediately after the Board meeting on 22 September 2017. At this second meeting, 5 Board Directors, the 6 members of staff and the Company Secretary were present. Minutes of meeting were taken.

The Chairperson shared the Board’s decision with the team, and explained the context. She said that the Board counted on their collaboration to assist with the communication that the MIoD needed to issue immediately to its Members, Founders, Patrons as well as Stakeholders following the decision. She emphasised that while the Board acknowledged that this was a regrettable situation, everyone needed to take responsibility for acting in the best interests of the MIoD.

The Chairperson also stated that the Board would not impose it upon on any member of staff who did not wish to assist with the said communication. However, they would have to leave the keys to the office in order to give access to the MIoD system, so that any communication could be sent.

Three members of staff decided not to remain and assist in the communication process.

On the following Monday, 25 September 2017, the Chairperson received letters from the three members of staff who had decided to leave, namely Melissa Louis, Melissa Lesage and Manisha Bansropun, claiming constructive dismissal. The Board responded by denying any such claims and inviting the staff members to return to work, which they have not done to date.

The Board wishes to advise you as Member that the above-mentioned persons are therefore no longer working at the MIoD, and for any assistance invites you to contact:

-      Isabelle Gopal, Training & Administrative Executive,

-      Maëta Appavou, Membership Executive

-      Nafeeza Mulung, Training & Administrative Officer.

 

 The way forward

       The Board has identified the following steps to ensure continuity in the activities of the MIoD.

•      An Interim CEO, Roshan Ramoly, was appointed on 26 September 2017, who will assure the smooth running of the Institute until end of November 2017.

•      Working sessions with Stakeholders; Founders, Patrons, Past Presidents, Directors and Trainers are currently being scheduled and will be held over the next few weeks.

•      The collaboration with key stakeholder organisations is being repaired and rebuilt, and their feedback sought.

•      A survey to all Members will be sent out shortly to get feedback in terms of what you would like to see more of, and what the MIoD can do to better in order to meet your needs and expectations as Members.

•      The date for the Annual Members Meeting will be communicated shortly.

•      The process for the recruitment of a new CEO and team members will be initiated in the coming weeks.

•      A training calendar will be worked on by the team at the MIoD and the Interim CEO, based on the feedback received from the survey and from stakeholders.

•      A few programs that were postponed will be rescheduled in the coming weeks.

       The Board and the team at the MIoD wishes to reassure you that the Institute remains focused on the needs of its Members, Founders, Patrons, and all Stakeholders, and that they are doing everything within their powers and capacity to preserve and enhance the good standing and reputation of the MIoD.

 

Yours sincerely

The Board of Directors of the MIoD »

 

La version de l’ex-CEO

Il a donné la réplique à la Chairperson, Heba Capdevila-Jangheerkhan, dans l’édition d’hier de l’express, suite à l’entretien de cette dernière. Il a dit : « Le fond de l’histoire est plus complexe que ne laisse entendre la Chairperson. Ces faits sont minutés et il y a des e-mails qui démontrent le contraire de ce qu’elle annonce. Je ne vais pas entrer dans les détails car il s’agit d’une affaire qui est en justice. Ce que je peux vous dire, c’est que je n’ai jamais reçu par écrit des plaintes du conseil d’administration. Bien au contraire, j’ai reçu des preuves écrites de sa satisfaction. De plus, l’extension de ma période probatoire ne s’est pas accompagnée d’indicateurs qui m’auraient permis de savoir sur quelle base j’allais être confirmé. Cela aussi est minuté. Du reste, je trouve que l’argument manque de fond. Pourquoi décider de me renvoyer juste après que j’ai relevé un potentiel problème dans la gestion des affaires du MIoD par la Chairperson ? Pourquoi le board n’a pas décidé de me convoquer pour en parler, alors même que je le lui ai demandé à plusieurs reprises ? Pour moi, ce qui est important, c’est de rester sur une base de faits et c’est ce que j’entends faire. »

 

 

 

 

 

 

Les directeurs du conseil d'administration du MIoD

Chaque article de presse relatif au départ du CEO du Mauritius Institute of Directors (MIoD) fait mention du « board » qui a pris la décision, le 22 septembre dernier « de se séparer du CEO, Juan Carlos Fernandez Zara ». Dans un communiqué émis ce jour-là, il est dit que « cette décision a été prise à l’unanimité par tous les directeurs suivant les profonds désaccords entre le Conseil d’administration et le CEO ».

Qui siège donc au sein du conseil d’administration du MIoD ? Zoom sur les directeurs.

 

• Heba Capdevila-Jangeerkhan, Présidente et directrice non-exécutive

 Elle est actuellement la directrice exécutive du Taylor Smith Group, et siège sur la plupart des conseils d’administration des filiales de ce groupe. Elle y siège depuis 2004. Heba Capdevila-Jangeerkhan compte plus de vingt ans  d’expérience dans l’administration, les ressources humaines et le développement de stratégie, aussi bien dans le secteur public que privé. Elle a démarré sa carrière au Moyen-Orient et au Royaume-Uni avant de mettre le cap  sur Maurice en 1995.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

• Philippe Olivier Decotter, vice-président et directeur indépendant non-exécutif

Il agit, depuis octobre 2010, en tant que Legal Executive du groupe IBL Ltd (anciennement GML Ltd). Philippe Olivier Decotter a débuté sa carrière en janvier 2006 chez Investment Professionals Ltd, où il a occupé le poste de Legal & Compliance Officer et de Money Laundering Reporting Officer (MLRO). Il est également certifié en tant que Ethics Officer de l’Ethics Institute of South Africa. Il siège également sur le ‘board’ d’Alentaris Ltd et de City Brokers Ltd.

 

 

 

 

 

 

 

 

• Patricia Day-Hookoomsing, directrice non-exécutive

Détentrice d’un BA Joint Honors en latin et français de l’Université de Reading au Royaume-Uni, Patricia Day-Hookoomsing a enseigné la langue anglaise pendant seize ans au Lycée La Bourdonnais. Elle est actuellement la Managing Director de Consultance Company Ltd, une entreprise de formation privée, qu’elle a rejointe en 1989. Elle est une ‘Fellow’ de l’UK Institute of Leadership & Management, et est également une formatrice accréditée auprès de l’Ethics Institute of South Africa, de l’IFC Global Corporate Governance Forum et de la Mauritius Qualifications Authority (MQA).

 

 

 

 

 

 

 

 

• Dr Sidharth Sharma, directeur indépendant non-exécutif

Il est actuellement le Group Managing Director de RHT (Rose Hill Transport) Holding Ltd. Détenteur d’un PhD en Telecommunications et d’un MSc Communications Systems and Wireless Networks de l’Université de Bristol, ainsi qu’un BSc en Electrical Engineering de l’Université de Cape Town, le Dr Sidharth Sharma a rejoint le groupe en 1996 en tant que Logistics Manager. Il a été nommé directeur en 1999. Il a également travaillé en tant que Research Engineer au sein de British Telecom.

 

 

 

 

 

 

 

 

• Neemalen Gopal, directeur non-exécutif

Il est le Business Development & Strategic Business Planning Director des quatre filiales technologiques du cluster IT de Leal. Neemalen Gopal est membre du conseil d’administration de Leal Communications & Informatics Ltd, de DistriPC Ltd, d’ICT Academy, de CiSolve Ltd et d’UOM Enterprise. Il a été le gagnant de l’African Leadership Award (Technologie Informatique) en décembre 2014. Neemalen Gopal est titulaire d’un Diplôme Universitaire d’études Générales de l’Universté de la Réunion, d’une Maitrise Informatique Appliquée à la Gestion de l’Université de Grenoble et d’un Diplôme des études Approfondies en intelligence artificielle de la même université.

 

 

 

 

 

 

 

 

• Paul Halpin, directeur indépendant non-exécutif

Chartered Accountant, Paul Halpin compte des années d’expérience dans plusieurs secteurs dont les services financiers (bancaire, assurance, gestion des fonds) et dans les domaines pétrolier/gazier, informatique, médical, immobilier, construction, et manufacturier. Il a été un ancien ‘Partner’ de la firme PricewaterhouseCoopers (PwC) de Johannesburg, Londres et Dublin. Il siège sur plusieurs conseils d’administration à Maurice et à l’étranger.

 

 

 

 

 

 

 

 

• Aisha Allee, directrice indépendante non-exécutive

Elle est la fondatrice et Chairperson de Blast Communications depuis 2004. Aisha Allee a raflé plusieurs trophées, dont le Tecoma AfrAsia Entrepreneur 2014 et la Most Influential Woman of the Indian Ocean Islands. Sa compagnie a remporté le Sabre Award en 2015 et 2016. Blast Communications s’est associée à The Jupiter Drawing Room, une compagnie sud-africaine, et Aisha Allee s’occupe de la branche mauricienne. Après des études en marketing, elle a entamé un BSc en Communication Studies avec spécialisation dans les Corporate Communications.

 

 

 

 

 

 

Ce qu’en pensent les membres

Le MIoD a été mis sur pied le 18 janvier 2008 en tant que L’épisode Juan Carlos Fernandez Zara a donné lieu à diverses interprétations et spéculations, tant et si bien que certains membres, interrogés par BIZweek, n’ont pas hésité à dresser un parallèle entre le MIoD et Air Mauritius. Ces deux institutions sont au cœur de l’actualité depuis deux semaines.

« Le MIoD a fait la même chose qu’Air Mauritius dans le cas des pilotes. Les procédures n’ont pas été respectées pour décider de mettre ces personnes à la porte. Les deux ont ‘mismanaged’ ce processus délicat. Le MIoD et Air Mauritius ont peut-être raison d’avoir agi ainsi, mais tout est une question de principes et de procédures. Dans les deux cas, ils ont souffert au niveau de la réputation, de la perception publique, et démontrent un manque de leadership », soutient un membre du MIoD.

Il est rejoint dans sa réflexion par deux autres membres. Ceux-ci soulignent que le MIoD et Air Mauritius n’ont pas agi selon les principes de bonne gouvernance.

« D’ailleurs, le MIoD a nommé Roshan Ramoly par intérim en attendant le recrutement d’un CEO à plein temps. Comment ce choix a-t-il été fait ? Il n’est même pas le numéro deux au sein du MIoD. Ce n’est pas de la bonne gouvernance », fait-on ressortir.

Pour les membres interrogés, la situation demeure encore floue quant aux réelles raisons qui ont poussé au départ de Juan Carlos Fernandez Zara, cela même si la Chairperson, Heba Capdevila-Jangheerkhan, a fourni des explications dans un entretien accordé à un quotidien, hier.

 

Situation financière : Un surplus en baisse

Le Mauritius Institute of Directors (MIoD), une institution charitable, perçoit ses revenus à travers divers moyens, notamment la contribution et donation des ‘Corporate patrons’, la souscription des membres, à travers l’organisation d’ateliers de formation et les intérêts bancaires. Ainsi, pour l’année financière 2016, le revenu de l’institut s’élève à Rs 21,9 millions contre Rs 23.8 millions en 2015.

Les dépenses sont multiples et totalisent Rs 21 millions en 2016. Le chiffre est plus ou moins le même pour 2015, sauf pour la masse salariale qui est passée de Rs 6,6 millions à Rs 7,2 millions l’année dernière.

Ce qui fait que le MIoD se retrouve certes avec un surplus, mais celui-ci est en baisse par rapport à 2015. Celui de 2016 est de Rs 865,763 contre quelque Rs 2 millions pour 2015.

 

Les ‘Founders’

• Air Mauritius

• Ciel Ltd

• Currimjee

• ENL Ltd

• Eclosia (ex Food & Allied)

• HSBC

• IBL Ltd

• Leal & Co Ltd

• MCB

• Mauritius Telecom

• SBM

• Terra

• Total

 

Les ‘Patrons’

• AfrAsia

• Alteo

• Apave

• Barclays

• BlueLife Ltd

• Cim Group

• Deutsche Bank

• Engen

• Essar

• Gamma

• Harel Mallac Group

• Indian Oil Mauritius

• Intercontinental Trust Ltd

• MauBank

• Mauritius Union Group

• Medine

• Navitas

• Omnicane

• SBI (Mauritius) Ltd

• Standard Bank

• Standard Chartered Bank

• State Trading Corporation

• SWAN

• Taylor Smith Investment

 

De 172 à 1262 membres en huit ans

Le MIoD a été mis sur pied le 18 janvier 2008 en tant que compagnie à but non lucratif afin de mieux transmettre et communiquer les principes de bonne gouvernance. Son modèle de fonctionnement : les directeurs des compagnies qui souhaitent être membres de l’institut afin de bénéficier de nombreux avantages comme des rabais sur certains produits et services via leur ‘Membership Card’.

Le nombre de membres a fait un bond impressionnant en passant de 172 en 2008 à 1262 en 2016. Ils viennent pour la plupart du secteur des services financiers, suivi de l’informatique, et ceux évoluant dans divers secteurs.

« During the year 2015/2016, the MIoD gained 188 new members and encountered 89 resignations. Thirty-six percent of the resignations have been classified as bad debts. Membership retention, since the inception of the MIoD, stands at 81%. We incurred a slight drop in retention this year, with 22% of the members  who  moved  overseas,  and  due  to  the  difficult  economic  climate. Five members were deregistered this year due to a breach of the MIoD’s Code of Conduct. The percentage of our members who are directors has decreased to 58% compared to 63% in 2014/15. However, the MIoD continues to focus on supporting the development of aspiring directors and young professionals who will be future directors », lit-on dans le rapport annuel de 2016.

 

Pour plus d'info: Lecture en ligne Télécharger