2017: Les surprises de la Bourse

Le bulletin de janvier de la Stock Exchange of Mauritius fait état d’une meilleure année avec une capitalisation boursière atteignant les Rs 408 milliards fin 2017. Pour notre analyste, Bhavik Desai de la firme Axys Stockbroking Ltd, l’année écoulée a été marquée par des surprises venant des principaux groupes. à l’instar du rachat des actions de Club Med détenues au sein de COVIFRA par le groupe MCB

H.L.-B

 

Avec une capitalisation boursière atteignant Rs 408 milliards, la Stock Exchange of Mauritius (SEM) se vante - dans son bulletin de janvier 2018 – d’une meilleure performance qu’en 2015 et 2016. La direction de la SEM explique cette performance : « […] some heavy capitalised stocks and a favourable interest rate environment and attractive valuation ratios on some stocks ». BIZweek a sollicité l’aide de deux analystes pour mieux comprendre la performance de la Bourse locale.

D’emblée, ils s’accordent à dire que l’année 2017 a été effectivement une « bonne année » pour le marché boursier. Les indices principaux ont enregistré une croissance d’environ 20% ‘year on year’, ce qui était en ligne avec les performances des marchés globaux. Ainsi, les marchés asiatiques ont connu une année positive et ont été stimulés par la décision de MSCI (Modern Index Strategy Indexes – une société de services financiers basée à New York) d’inclure des actions chinoises en dépit de la menace nucléaire de la Corée du Nord. Quant aux marchés européens et du Royaume-Uni, la croissance était en dessous de 10% en raison des incertitudes autour du Brexit.

« On a eu des surprises l’année dernière », indique-t-on. Ainsi, à Maurice, la surprise était de mise lorsque Cim Financial Services a annoncé la vente de son business du global business. Tout comme lorsque la MCB a acheté les actions de Club Med, et quand IBL Limited a acheté 10% d’actions supplémentaires de LUX* Island Resorts Ltd à un premium du cours du marché.

 

Nouveaux venus et départs

En ce qui concerne le groupe MCB, des désinvestissements étrangers persistants ont été notés, et le prix d’action devait chu-ter pendant plusieurs semaines. « Il est vrai qu’il y a eu des désinvestissements au dernier trimestre, ce qui a ramené le prix d’action en-dessous de Rs 260. Cela était lié à un seul événement. Un fonds a rapidement disposé de ses actions au sein du groupe MCB. Ce qui a mis la pression sur le prix d’action. Mais dès que la pression a diminué, la reprise était là », indique Bhavik Desai, Head of Research d’AXYS Stockbroking Ltd.

Aussi, la SEM a accueilli de nouveaux acteurs l’année dernière. Il s’agit de Dacosbro, axé sur limmobilier et détenteur d’une licence Global Business License 1 ; Arindo Holdings (Mauritius) Limited qui évolue dans le secteur minier ou encore AFREXIM Depositary Receipts. « Il n’y a pas eu de grande évolution de leurs prix depuis leur cotation respective », fait ressortir notre interlocuteur.

En 2017, quelques titres ont délaissé la SEM. Par exemple, Bharat Telecom s’est retiré de la Bourse de Maurice en raison d’une restructuration. Shumba Coal a pris la décision de se retirer en raison du manque d’intérêt des investisseurs pour ses actions. Rockcastle, l’une des premières détentrices de licence GBL focalisée sur l’immobilier à être cotée sur la SEM a quitté cette dernière pour bouger vers l’Europe après sa fusion avec New Europe Property Investments (NEPI).

 

Dominé par les banques et hôteliers

Toujours sur le plan local, la performance du marché boursier a été principalement dominée par les banques (le groupe MCB enregistrant une performance positive de 27 %, et la SBM 13 %), et les hôteliers (+29 % New Mauritius Hotels, +42 % Sun Limited). Celle du conglomérat IBL Limited (+ 48%) a aussi joué un rôle prépondérant. « Cela reflète la foi constante des investisseurs dans les banques, et la SEM. Les investisseurs sont à la recherche de meilleurs rendements que ce qu’offrent les épargnes en banque. L’année 2017 ayant été marquée par des arrivées touristiques en hausse, et les indicateurs étant positifs, cela explique l’engouement pour les actions des hôteliers. Quant à IBL, son statut en termes de capitalisation a fait que les investisseurs n’ont pas hésité à être preneurs de ses actions », explique Bhavik Desai.

Par contre, la baisse au niveau des prix du sucre, et une chute au niveau des revenus/profitabilités, a diminué l’attrait pour les sucriers.

Pour notre deuxième analyste, qui préfère garder l’anonymat, il affirme qu’United Docks Limited a connu une meilleure performance. D’ailleurs, le bulletin de janvier de la SEM évoque un retour de 67.96 % pour cette société, et la classe en première position dans la catégorie qui a enregistré le meilleur retour sur la Bourse en 2017. « Bien que la performance soit encourageante, l’action d’United Docks n’est pas liquide », précise-t-il.

 

Les compagnies immobilières attirent

De son côté, l’analyste d’AXYS Stockbroking dit avoir aussi noté une évolution des investisseurs vers des sociétés immobilières cotées en devises étrangères sur la SEM, dont la majorité des transactions a lieu à l’étranger et qui détiennent une licence de Global Business Category 1. Ainsi, le secteur immobilier a contribué à hauteur de 17% de la valeur totale échangée sur la Bourse, et se retrouve juste derrière le secteur financier qui a généré 38% de cette valeur. Quant au secteur du tourisme et les conglomérats/sociétés d’investissements, ils ont généré 17% et 14% respectivement.

Toutefois, indique Bhavik Desai, ce qui ressort en 2017 n’est pas tant la performance positive du marché, mais plutôt le nombre d’offres et d’actions/décisions corporatives. Référence est donc faite aux actions sui-vantes :

•    Rogers et ENL Land ont fait une offre obligatoire aux actionnaires minoritaires de New Mauritius Hotels pour acquérir des actions additionnelles à Rs 21 l’unité;

•    CIEL Limited a fait une offre de rachat auprès des actionnaires minoritaires de CIEL Textile Ltd à Rs 25 dans le but d’acquérir 100% des actions de CTL et procéder au retrait de cotation de celle-ci, mais n’a pu le faire ;

•    Equity Spectrum devait acquérir les actions de BEE Equity Partners à Rs 24.90, mais le conseil d’administration de BEE Equity a recommandé aux actionnaires de ne pas accepter l’offre à cause du prix inférieur proposé. La transaction n’a pu avoir lieu ;

•    Club Med annonce la vente de ses actions détenues au sein de COVIFRA. C’est le groupe MCB qui se propose d’acquérir le bloc d’actions à Rs 22.50 ;

•    IBL Limited acquiert 91% des actions d’Harel Mallac au sein de la Compagnie des Magasins Populaires (CPML, gérant des enseignes Monoprix) à Rs 9.52. Cela déclenche une offre obligatoire des actions restantes ;

•    Indigo Hotels a fait une offre obligatoire à Rs 6.30 aux actionnaires minoritaires de Tropical Paradise Limited ;

•    CIM Financial Services vend ses activités du global business à SGG Group pour un montant de Rs 3,2 milliards ;

•    Le groupe SBM annonce une première acquisition de la banque Fidelity au Kenya, et a déjà enclenché le processus pour l’acquisition de la Chase Bank, toujours au Kenya ;

•    Plusieurs levées de fonds ont eu lieu sur la Bourse. Sun Limited, United Investments Ltd et Grit Real Estate Income Group Limited ont eu recours à des ‘rights issues’. Quant à IBL Limited, New Mauritius Hotels et ENL Commercial, ils ont eu recours à des ‘bond issues’ pour restructurer leurs dettes.

 

Les attentes en 2018

à quoi faut-il s’attendre cette année, en termes de performance boursière ? Pour notre analyste qui a choisi l’anonymat, il faudrait peut-être surveiller les groupes qui vont
construire des ‘smart cities’. à l’instar de Medine Limited, Omnicane Limited, ENL Limited… « Bien sûr, il manque une certaine visibilité autour de ces projets. Comment vont-ils être
financés ? Quel sera le niveau de dette de ces groupes dans le sillage de leurs projets ? Regardez BlueLife. Ce groupe avait de grands projets, mais il accuse des pertes, et le prix d’action ne décolle pas. En tout cas, c’est à surveiller »,
indique-t-il.

Pour Bhavik Desai, le secteur du tourisme et celui de la construction devraient connaître une amélioration, dans la même lignée que l’année dernière. Le secteur sucrier ne connaîtrait pas de grande évolution à court terme en raison du prix à la baisse du sucre. Par contre, l’intérêt pour les compagnies immobilières pourrait croître davantage.

 

Le gros des désinvestissements sur NMH et SBM

Si les investisseurs se sont intéressés à la Bourse de Maurice, les désinvestissements étaient également de mise. Plusieurs titres ont enregistré des ventes. Le plus gros des désinvestissements étrangers concernent le New Mauritius Hotels, suivi du groupe bancaire SBM. Ci-dessous, la performance de quelques titres cotés en Bourse.

STOCK

VOLUME TRADED (000s)

VALUE TRADED

(Rs M)

FOREIGN PURCHASE

MCB

18,209.45

4,619.6

(81,077.4)

SBM Holdings

191,763.03

1,425.4

(434,623.6)

IBL Limited

6,064.59

238.1

(13,984.7)

PhoenixBev

213.80

99.9

25,356.6

Alteo

10,406.83

335.5

41,903.6

GRIT Real Estate

22,573.55

1078.5

(290,083.2)

New Mauritius Hotels

48,094.29

1,037.8

(572,155.2)

LUX* Island Resorts

18,594.82

1,271.8

(49,520.9)

Sun Resorts

4,707.12

202.6

(12,768.3)

 

Pour plus d'info: Lecture en ligne Télécharger